dimanche 19 novembre 2017 - St Tanguy

Sortie semaine 12

HER (Elle) - le nouveau film de Spike JONZE

"C'est réconfortant de voir quelqu'un qui aime la vie. J'avais oublié que cela pouvait exister" Théodore Twombly

Los Angeles, dans un futur proche. Théodore Twombly, un homme sensible au caractère complexe, est inconsolable suite à une rupture difficile. Il fait alors l'acquisition d'un programme informatique ultramoderne, capable de s'adapter à la personnalité de chaque utilisateur. En lançant le système, il fait la connaissance de 'Samantha', une voix féminine intelligente, intuitive et étonnamment drôle. Les besoins et les désirs de Samantha grandissent et évoluent, tout comme ceux de Théodore, et peu à peu, ils tombent amoureux…

Oscar du meilleur scénario original 2013
________

A la source de ce bijou du cinéma indépendant américain – Spike Jonze, cinéaste protéiforme à qui l’on doit des clips pour Sonic Youth, The Breeders, Daft Punk, Beastie Boys, Weezer, R.E.M, Björk, The Chemical Brothers ou encore Arcade Fire (à qui l’on doit la superbe B.O du film).

Ses premières incursions cinématographiques avec "Dans la peau de John Malkovich", "Adaptation" sur des scripts de Charlie Kaufman ou de façon autonome "Max & les maximonstres" (le titre original étant "Where the wild things are" pouvant être traduit par "Où les choses sauvages sont" retranscrit davantage le sens poétique et libre du film) d’après le livre de Maurice Sendak révèlent déjà un sens particulier de la narration, où le récit virevolte, donnant un espace magique et privilégié aux personnages.

Ici, avec le sublime "HER", Spike Jonze délivre un film d’une extrême sensibilité, profond et sincère dans le propos, s’attachant à faire le tour du moindre sujet abordé- la solitude, le sentiment amoureux, l’interdépendance relationnelle, la fragilité des échanges - le laissant apparaître délicatement, s’en éloigne pour le relancer avec force et sens ; le tout sous une forme des plus élégantes et abordables qui soient.

"Ce qui est très difficile dans une relation amoureuse, c'est d'être sincère et transparent et de permettre à la personne qu'on aime d'adopter la même attitude", déclare Spike Jonze. "On passe son temps à changer et à évoluer, si bien qu'on peut se demander si on est capable d'accepter l'autre tel qu'il est au fil des années. Est-on à même de continuer à aimer son partenaire, même si celui-ci évolue ?"

Il nous interroge, nous ainsi que notre société où les gestes comme les pensées les plus élémentaires doivent être partagés à l’autre ou à travers les réseaux sociétaux, dépouillés de l’intime, où l’hyper-technologie vampirique et mercantile nous asservit, régissant ainsi nos rapports aux autres – le job de Théodore en est un révélateur des plus ironiques - nous aliénant à composer cette quête apparemment vaine d’un amour serein, profond, sincère, indéfectible.

HER - Spike JONZE

De par sa forme polie, légère et délicate, entretenue par des dialogues à la fois denses et émouvants, parfois piquants mais toujours justes ; les personnages principaux donnent un reflet magique à ce lien naissant, et, petit à petit un constat amer, bouleversant jaillit, n’en étant que plus dévastateur.

Une fois de plus, Joachim Phoenix y est remarquable, encouragé par le jeu à la fois subtil, malicieux et tendre de Scarlett Johansson. Sans omettre la présence toujours lumineuse d’Amy Adams dans le rôle de l’amie, tenant le propos juste, comme une caisse de résonance, offrant une épaule.

HER - Spike JONZE

Avec l'aide de Spike Jonze, Phoenix et Scarlett Johansson ont relevé le défi de donner corps à Samantha, alors qu'on ne la voit jamais à l'écran. "Samantha est un personnage aux multiples facettes", commente le réalisateur. "Elle est à la fois candide, futée, intelligente, posée, sexy et mystérieuse, tout en affirmant de vraies émotions – et c'est ce qu'on ressent grâce à Scarlett".
"Cela s'est passé très naturellement", relève la comédienne. "Parfois, j'enregistrais avec Joaquin, et parfois encore avec Spike, mais il fallait toujours conserver une certaine spontanéité dans la manière de dévoiler peu à peu le personnage et sa relation avec Theodore".
"On était tous déterminés à rendre cette relation intime et bien réelle", ajoute Phoenix, qui remarque que l'atmosphère sur le plateau, beaucoup plus calme que d'habitude, permettait aux comédiens de rester concentrés. "Qu'il s'agisse du scénario, de ma collaboration avec Scarlett ou du climat sur le tournage, tout était nouveau pour moi. J'en garde un formidable souvenir".

Le projet de "HER" a germé dans l'esprit de Jonze il y a plusieurs années. "L'idée est née d'un article que j'ai lu sur Internet il y a une dizaine d'années", dit-il. "Cela parlait de la messagerie instantanée générés par intelligence artificielle. Je me suis connecté à ce système, et j'ai commencé par dire 'Bonjour' et une voix m'a répondu 'Bonjour'. Puis, 'Comment allez-vous ?', et la voix m'a répondu : 'Bien. Et vous ?' Nous avons discuté pendant un moment, et j'ai alors pris conscience que j'étais en train de parler à un ordinateur qui m'écoutait et qui me comprenait. Mais je me suis rendu compte que le système ne faisait que répéter ce qu'il avait entendu antérieurement, et qu'il n'était pas intelligent, mais qu'il s'agissait uniquement d'un logiciel sophistiqué. Cependant, c'était un point de départ stimulant. Et puis, j'ai eu l'idée d'un type qui noue une relation avec un dispositif de ce genre, mais qui est doté d'une véritable conscience, et je me suis demandé ce qui pourrait se passer s'il en tombait amoureux".

HER - Spike JONZE

Les facteurs visuels et sonores contribuent largement à accompagner cette histoire d'amour bouleversante ; la mise en scène fluide, le design des objets technologiques comme du graphisme des programmes utilisés par Théodore à la fois épurés et novateurs tout en y intégrant les codes actuels ; la musique évanescente, sur un fil, suggère ou intensifie justement la moindre scène.
__________

Une exploration troublante de l’intime, de la solitude, de cette étrange interdépendance, omettant le silence et l'ennui, intensifiant le manque, le souvenir, la blessure inconsolable, l’échec, le pardon, l’espoir aussi peut-être… Entre le chagrin et l’espoir amoureux, cette auscultation apparaît alors tel un îlot réconfortant. Le film est à la fois troublant, audacieux, sincère.

Une des vertus du cinéma est de, parfois, provoquer des réflexions, de scruter nos époques de façon maligne, d’interroger, de soulever passions et débats, de faire jaillir des émotions ; il est des films où l’on ne sort pas neutre mais au contraire, nourri, le cœur serré et l’esprit en alerte (et le visage humide…) – "HER" de Spike Jonze entre inéluctablement dans nos petits panthéons.

www.her-lefilm.com

Sortie le 19 mars 2014
(Etats-Unis / 2013)
Durée : 126 mn
Format : 1.85

Ecrit & réalisé par Spike Jonze
Avec Joachim Phoenix
Scarlett Joahnsson
Amy Adams
Rooney Mara
Olivia Wilde
Chris Pratt

Production Annapurna Pictures

Distribution
Warner Bros./Wild Bunch (Fr.)

par
mis à jour le

les réactions

Vous souhaitez réagir ? ajoutez votre commentaire !