mercredi 22 novembre 2017 - Ste Cécile

Sortie semaine 50

Timbuktu

Film d'Abderrahmane SISSAKO

Sélection officielle COMPETITION Festival de Cannes 2014

Non loin de Tombouctou tombée sous le joug des extrémistes religieux, Kidane mène une vie simple et paisible dans les dunes, entouré de sa femme Satima, sa fille Toya et de Issan, son petit berger âgé de 12 ans.

En ville, les habitants subissent, impuissants, le régime de terreur des djihadistes qui ont pris en otage leur foi.

Fini la musique et les rires, les cigarettes et même le football... Les femmes sont devenues des ombres qui tentent de résister avec dignité. Des tribunaux improvisés rendent chaque jour leurs sentences absurdes et tragiques.

Kidane et les siens semblent un temps épargnés par le chaos de Tombouctou. Mais leur destin bascule le jour où Kidane tue accidentellement Amadou le pêcheur qui s'en est pris à GPS, sa vache préférée.
Il doit alors faire face aux nouvelles lois de ces occupants venus d'ailleurs...

__________________
"Le 29 juillet 2012 à Aguel’hok, une petite ville au nord du Mali, alors que plus de la moitié du pays est occupée par des hommes dont la plupart sont venus d’ailleurs, s’est produit dans l’indifférence quasi totale des médias et du monde un crime innommable. Un couple d’une trentaine d’années qui a eu le bonheur de faire deux enfants a été lapidé jusqu’à la mort. Leur crime : ils n’étaient pas mariés. La scène de leur mise à mort diffusée sur internet par les commanditaires est horrible. La femme meurt au premier coup de pierre reçu, et l’homme émet un cri rauque, puis un silence. Peu de temps après, ils seront déterrés pour être enterrés plus loin.

Aguelhok n’est ni Damas ni Téhéran. Alors on ne dit rien. Ce que j’écris est insupportable, je le sais. Je ne cherche aucunement à émouvoir pour promettre un film. Et, puisque maintenant je le sais, je dois raconter dans l’espoir qu’aucun enfant ne puisse apprendre plus tard que leurs parents peuvent mourir parce qu’ils s’aiment."
C’est par cette anecdote que le réalisateur Abderrahmane Sissako explique la genèse de son 4ème long-métrage de fiction, "Timbuktu".

Le film s’ancre dans la volonté du réalisateur, mauritanien ayant passé son enfance au Mali, de s’engager auprès des populations qui y avaient subi l’occupation djihadiste durant de longs mois, entre 2011 et 2013. À l’heure où la présence de ces groupes au Sahel est toujours réelle, malgré l’intervention française depuis janvier 2013 (opération Serval), ce projet a été vécu comme une catharsis par de nombreux réfugiés maliens en Mauritanie, qui y ont pris part avec enthousiasme. Pour d’évidentes raisons de sécurité, le tournage s’est déroulé dans la bourgade de Oualata, dans l’est du pays, sous protection de l’armée mauritanienne ; classé au patrimoine mondial de l’humanité, le village présente de grandes similitudes avec l’architecture saharienne de Tombouctou.

Timbuktu a été sélectionné par le festival de Cannes 2014, en compétition où il a obtenu le Prix du Jury Œcuménique et le Prix François Chalais (qui récompense les films incarnant les valeurs du journalisme).

Sortie le 10 décembre 2014
France/Mauritanie 2014
Durée 1h37

Avec
Ibrahim Ahmed dit "Pino"
Toulou Kiki
Abel Jafri
Hichem Yacoubi
Kettly Noël
Layla Walet Mohamed
Mehdi Ag Mohamed

Distribué par
LE PACTE

par
publié le

les réactions

Vous souhaitez réagir ? ajoutez votre commentaire !