dimanche 20 août 2017 - St Bernard

Une quête cinématographique.

"Jodorowsky's DUNE" ou le plus grand film de SF jamais réalisé !

Alejandro Jodorowsky est un artiste chilien protéiforme généreux, prolifique ; acteur et metteur en scène au théâtre comme au cinéma ("El Topo", "La montagne sacrée"), essayiste, poète - toute cette palette lui a permis d'être approché en 1975 par le producteur français Michel Seydoux (producteur de "Don Giovanni" de Joseph Losey, "Cyrano de Bergerac" de J-P Rappeneau) qui lui proposa d'adapter le célèbre roman de S-F de Frank Herbert "DUNE", publié dix ans plus tôt. Jodorowsky accepte.

Point de départ d'une aventure tant artistique, humaine qu'économique, ce projet cinématographique fut le premier amorçant et proposant des collaborations diverses nourrissant l'oeuvre.

En effet, considérant le projet dans toute sa richesse comme sa complexité, Alejandro Jodorowsky se mit en quête de "guerriers sprituels", ayant pour credo que "le but dans la vie est de se construire une âme", définissant cette adaptation comme une quête, le sacrifice (du personnage principal) vers le sacré.

Parmi ses "guerriers spirituels", il fit appel en premier lieu à un dessinateur français de génie (auprès de qui chacun des bédéistes de la nouvelle génération SF se revendique aujourd'hui) - Mœbius (de son vrai nom Jean Giraud), qui s'appliqua à dessiner la quasi majorité des univers du livre et surtout le story-board de plus de 3.000 dessins (story-board dont il n'existerait que deux exemplaires).

Jodorowsky était fasciné par le travail de Mœbius, il disait de lui qu'il dessinait avec une vitesse exceptionnelle, qu'il était "sa caméra ; cette première collaboration amplifiait un désir artistique et cinématographique "sacré", émanant d'un esprit libre et ouvert.

Par la suite, il constitua son casting, avec David Carradine pour interpréter Leto Kynes, le célèbre peintre du courant surréaliste Salvador Dali pour le rôle de l'Empereur fou Shaddam IV, le leader des Rolling Stones Mick Jagger pour jouer Feyd-Rautha et enfin il réussit à convaincre le maître Orson Welles à rejoindre la distribution.

La musique confiée aux Pink Floyd & Magma, le visuel des vaisseaux à un illustrateur anglais Chris Foss, l'artiste suisse Hans Ruedi Giger pour les décors (il créera la créature du film "ALIEN"), et les effets spéciaux à un technicien touche à tout de génie Dan O'Bannon (il fut également scénariste & réalisateur de grand talent).

Après deux ans de préparation, Michel Seydoux & Alejandro Jodorowsky présentent "DUNE" aux studios d'Hollywood avec un budget prévisionnel de 15 millions de dollars (ce qui équivaut aujourd'hui à 50 millions de $). Mais pas de compromis possible sur le plan artistique et les studios ont considéré le film comme trop cher et trop ambitieux.

De ce projet inabouti a émergé des talents majeurs, des richesses visuelles et des cinéastes dont les films de Science-Fiction ont donné un terreau indiscutable au genre largement plébiscité par les enfants comme les plus grands - George Lucas avec "La guerre des étoiles", Ridley Scott avec "ALIEN" & "Blade Runner", "Total Recall", "TRON"...

Ce passionnant documentaire soulève également la persévérance, la pugnacité, la passion et la quête quasi-religieuse d'un artiste habité, exigeant, intègre, généreux - l'expansion des univers à l'image des répercussion de son projet. Et combien le cinéma est un art difficile, car conjointement issu d'un désir et d'une conscience artistique et d'une économie, d'une industrie complexe car reposant sur le principe du prototype (bien qu'Hollywood ces derniers temps sur-exploite des concepts par la magie des remakes, reboots, franchises, suites et autres subtilités...).

Genre : Documentaire
sortie - le 16 mars 2016
Durée : 90 minutes

Jodorowsky's DUNE

Réalisation :
Frank Pavich

Production :
High Line Picture &
Caméra One

par
publié le

les réactions

Vous souhaitez réagir ? ajoutez votre commentaire !