lundi 20 novembre 2017 - St Edmond

Festival

Caméras des Champs 2013 : le Palmarès

Le 15ème Festival International du Film Documentaire sur la Ruralité vient de révéler son palmarès.

Le jury a décerné trois prix complétés par un prix du public et des habitants décerné par les spectateurs et un prix des lycéens.

Au total, 15 films étaient en compétition.

Le festival Caméras des Champs a pour objectif de montrer les mutations des mondes ruraux à travers la projection de films documentaires initiant débat avec le public, table ronde et atelier de lecture à l’image.

Grand Prix du jury : Dames de couleurs
Réalisé par Patricia Gérimont et Jean-Claude Taburiaux - Belgique (2012)
Sanata et Dicko sont teinturières au Mali. Sanata produit des bazins colorés à Bamako. Dicko vit en brousse au pays dogon et teint des pagnes à l'indigo. Le film nous emmène du village dogon à la grande ville, du sombre indigo accroché aux murs de banco à l'éclat des tissus multicolores pavoisant les rues de Bamako et trace en pointillés la vie quotidienne de ces femmes au savoir-faire remarquable et dont le défi permanent consiste à assurer une vie digne à leurs enfants.

2ème Prix du jury : Mouton 2.0 La puce à l’Oreille
Réalisé par Antoine Costa et Florian Pourchi - France (2012)
La modernisation de l’agriculture d’après guerre portée au nom de la science et du progrès ne s’est pas imposée sans résistances. L’élevage ovin, jusque là épargné commence à ressentir les premiers soubresauts d’une volonté d’industrialisation. Depuis peu une nouvelle obligation oblige les éleveurs ovins à puçer électroniquement leurs bêtes. Ils doivent désormais mettre une puce RFID, véritable petit mouchard électronique, pour identifier leurs animaux à la place de l’habituel boucle d’oreille ou du tatouage. Derrière la puce RFID, ses ordinateurs et ses machines il y a tout un monde qui se meurt, celui de la paysannerie. Dans le monde machine, l’animal n’est plus qu’une usine à viande et l’éleveur un simple exécutant au service de l’industrie. Pourtant certains d’entre eux s’opposent à tout cela…

3ème Prix du jury : La Boucherie est à vendre
Réalisé par Carine Lefebvre-Quennell - France (2012)
A Vallière, dans la Creuse, c'est la dernière année de la boucherie-charcuterie Touny : Jean- Marc et Odette veulent prendre leur retraite, la date de la fermeture est fixée.
Leur commerce devient le petit théâtre d'une comédie en cinq actes. Entre deux paupiettes, il faut négocier les bêtes dans les fermes, satisfaire les clients, apprendre le métier à Laetitia, la nouvelle employée, et aussi, il faut absolument trouver des repreneurs. Mais personne ne veut racheter. N'empêche qu'à l'arrière du magasin, en coulisses, Laetitia progresse vite, et se verrait bien patronne...

Prix du public et des habitants : Les petits gars de la campagne
Réalisé par Arnaud Brugier - France (2013)
Un film documentaire informatif et créatif, innovant et décapant, sans pitié et drôle.
90 minutes d’archives d’hier et avant-hier, de témoignages d’aujourd’hui, d’images à tout couper, du Poitou à Bruxelles en passant par les Pyrénées. 90 minutes pour connaître une politique qui a transformé radicalement notre pays et ses habitants. La PAC, politique agricole commune. 90 minutes de folie ordinaire avec son lot d’argent, de pouvoir, d’idéologie, d’intrigues et de leurs conséquences sur nouz’ autres les petits gars de la campagne (et d’ailleurs). La totale ! C’est pour ça qu’il nous a fallu 5 ans pour arriver là où nous sommes et qu’il nous faut de l’argent pour arriver au bout !

Prix du jury lycéen : Appellation d’origine Immigrée
Réalisé par Fanny Pernoud et Olivier Bonnet - France (2012)
Laetitia, Djibril, et Abderrahim ont deux point communs, ils sont nés sur le continent africain et ils excellent dans le savoir-faire des produits phares et typiques de la gastronomie française : le pain, le vin, le fromage. Le film croise et entrelace les histoires de vie de ces trois immigrés venus d’Afrique pour vivre, s’épanouir et enrichir la France. Quel est leur parcours, leur passion du métier, leurs réactions face aux stigmatisations répétées que subissent les immigrés ? Laetitia Masson est vigneronne au nord de Montpellier. Abderrahim Iaich est fromager en Savoie. Djibril Bodian a élaboré la meilleure baguette de Paris en 2010 qui s’est retrouvée chaque jour sur les tables de l’Elysée.

A l'année prochaine !
cameradeschamps.free.fr

par
publié le

les réactions

Vous souhaitez réagir ? ajoutez votre commentaire !