mercredi 22 novembre 2017 - Ste Cécile

Expositions

Marcello, une femme artiste entre cour et bohème

Marcello, de son vrai nom Adèle d’Affry, duchesse de Castiglione Colonna (1836-1879)

Jusqu'au 1er février 2016 au Palais de Compiègne

Marcello... un personnage fascinant.

Héritière d'une noble famille du canton de Fribourg (Suisse).
A 19 ans, elle épouse, à Rome, Carlo Colonna, duc de Castiglione. Cette union sera de courte durée car quelques mois seulement après le mariage, Carlo Colonna décède à Paris.... elle ne se remariera jamais.

Douée de multiples talents, elle réussit à s’imposer en tant que sculptrice dans la seconde moitié du XIXe siècle, alors qu’elle n’avait pu accéder à la même formation que ses confrères masculins. Elle se forma à Rome et à Paris grâce aux conseils du sculpteur suisse Imhof, puis du Français Auguste Clésinger. Ce fut dans la capitale française qu’elle fit l’essentiel de sa carrière.

Portrait (1877)

Dès 1863, elle choisit le pseudonyme de Marcello "un nom d'art et de guerre" pour débuter au Salon, où sa Bianca Capello, buste d’une sulfureuse héroïne de l’histoire florentine, lui valut un très grand succès.

Consciente de l’audace de ses propres choix et des souffrances que ceux-ci lui causeraient, esprit cultivé et brillant, elle sut se placer au cœur des élites artistiques et sociales de son temps et noua de solides amitiés avec de nombreux artistes de renom, tels que Clésinger, Carpeaux, Courbet ou Delacroix.

MARCELLO La Pythie

À la fin des années 1860, elle s’installe à Rome, où elle crée La Pythie qui fut acquise par l’architecte Charles Garnier pour l’Opéra. Chef-d’oeuvre, cette sculpture compte parmi les plus fortes et les plus étonnantes du Second Empire.

Après 1870, elle revint à Paris et tenta une nouvelle carrière de peintre, un mode d’expression qui l’avait toujours attirée mais, minée par la tuberculose, elle disparut prématurément à l’âge de 43 ans, en 1879.

MARCELLO Chef Abyssin (1869)

Le parcours de l’exposition évoque sa personnalité et sa double vie singulière d’artiste et de femme du monde à travers une sélection de 70 pièces issues de collections suisses et françaises, notamment du musée d’art et d’histoire de Fribourg et de la fondation Marcello.

Une belle invitation à découvrir cette sculptrice trop peu connue en France.

palaisdecompiegne.fr

Palais de Compiègne
Place du Gal de Gaulle
60200 Compiègne

par
publié le

les réactions

Vous souhaitez réagir ? ajoutez votre commentaire !