lundi 27 mars 2017 - St Habib

Expositions

"Guerres Secrètes"

Confronter fiction et réalité...

"Mon nom est Bond, James Bond..."

du 12 octobre 2016 au 29 janvier 2017
Musée de l'Armée Invalides - Paris

Pourquoi y a-t-il des guerres secrètes ?
Quels sont les organismes qui les mettent en œuvre ?
Qui sont les femmes et les hommes liés à ces activités ?
Avec quels moyens sont-elles menées ?

Autant de questions auxquelles l'exposition "Guerres secrètes" vous propose de réfléchir en vous plongeant au cœur de cette histoire où s'entremêlent faits historiques et fantasmes :
- le rôle du pouvoir politique,
- la naissance des services secrets,
- les grandes heures de l'espionnage et du contre-espionnage,
- les opérations d'intoxication et les actions clandestines et subversives,
- les scandales liés à la révélation de certaines affaires...

Confronter fiction et réalité

Univers souvent fantasmé, le monde secret du renseignement et des actions clandestines est connu du grand public par la fiction.
Loin de le nier, l’exposition part des images et des clichés qui peuplent l’imaginaire collectif pour aider ses visiteurs à mieux comprendre ce moyen d’agir essentiel des États contemporains.

Si l’objectif n’est pas de lever le voile sur les grandes affaires d’espionnage, le parcours proposé offre des clefs de lecture pour mieux démêler le vrai du faux en s’appuyant sur des archives audiovisuelles et des extraits de films de fiction. Opposant l’ombre et la lumière, le visible et l’invisible, la transparence et l’opacité, elle permet d’appréhender la réalité complexe du renseignement et de l’action clandestine.

Parcours de l’exposition
Le parcours s’articule en deux temps, abordant d’abord le contexte, les objectifs, les hommes et les moyens des guerres secrètes, puis leur mise en œuvre, leurs formes et leurs mécanismes.
1. Contexte, objectifs, hommes et moyens des guerres secrètes
2. La mise en œuvre des guerres secrètes : formes et mécanismes.

L’exposition réunit pour la première fois un ensemble de plus de 400 objets et documents d’archives, pour la plupart inédits.

Deux espions mythiques sont ainsi représentés, l'un britannique, James Bond, avec des prêts d'EON Productions. L'autre, franco-américain, est le viril, maladroit et arrogant Hubert Bonisseur de la Bath, alias OSS 117, dont les costumes portés par Jean Dujardin, prêtés par le musée Gaumont.

Retrouvez toutes les informations pratiques
sur www.musee-armee.fr

par
publié le

les réactions

Vous souhaitez réagir ? ajoutez votre commentaire !