vendredi 24 novembre 2017 - Ste Flora

Expositions

La mécanique des dessous, une histoire indiscrète de la silhouette

Les pièces sont exceptionnelles, voir surprenantes...

Cette exposition se propose d’explorer les artifices utilisés par les femmes et les hommes, du XIVe siècle à nos jours, pour dessiner leur silhouette.

Panier à coudes articulé (1770)

Jusqu'au 24 novembre 2013 aux Arts Décoratifs (Paris)

Ce projet original peut être appréhendé comme une longue histoire des métamorphoses du corps soumis aux diktats des modes successives.

- Quels sont les mécanismes qui ont contraint les corps des femmes afin d’obtenir des tailles resserrées jusqu’à l’évanouissement, des gorges pigeonnantes contrebalançant un fessier rehaussé à l’extrême, des hanches élargies, ou bien aplatissent des seins et des ventres ?

- Comment les hommes eux-mêmes ont-ils poussé leur virilité en bombant artificiellement les torses, en rajoutant des formes aux mollets, ou aux braguettes ?

Toutes ces structures faites de fanons de baleine, de cerceaux de rembourrage, mais plus encore de laçages, de charnières, de tirettes, de ressorts ou de tissus élastiques dissimulés sous l’habit sont exposés dans une scénographie de Constance Guisset.

Près de deux cents silhouettes rassemblant paniers, crinolines, ceintures d’estomac, faux-cul, gaines, "push up" issus des collections publiques et privées françaises et étrangères permettent, pour la première fois, d’aborder une lecture insolite de la mode liée au corps.

Quelques mécanismes animés ingénieux facilitent la compréhension de cette "mécanique des dessous"

Un espace du parcours est spécialement dédié à l’essayage de corsets, de paniers du XVIIIe ou de crinolines, tous spécialement faits à l’identique, afin que le visiteur puisse porter et comprendre ces structures qui ont joué un rôle essentiel dans l’histoire de la mode et des usages vestimentaires.
Un salon d'essayage, très ludique, permet donc aux dames et aux messieurs d'expérimenter la pratique du "faux-cul", de la "tournure", des "paniers" et autres "amplificateur de virilité"...

Lejaby, guêpière Irrésistible (1951/52)

Il est à noter la participation de l'APMSV (Association de Préfiguration du Musée du Sous-Vêtement de Valenciennes) avec une petite dizaine de pièces mises gracieusement à disposition. Quantité bien que modeste en rapport aux 15.000 objets recueillis par leurs soins mais qui représente cependant plus de 30% des éléments de patrimoine présentés par les "Arts Décos" dans la seule galerie du 20e siècle....

Une place est également consacrée aux prestigieuses "mécaniques" contemporaines,Gaultier, Mugler, Dolce & Gabbana...

Les Arts Décoratifs
107 Rue de Rivoli
75001 PARIS
www.lesartsdecoratifs.fr

par
publié le

les réactions

Vous souhaitez réagir ? ajoutez votre commentaire !