dimanche 19 novembre 2017 - St Tanguy

publi-information

du mercredi 8 novembre 2017 au dimanche 24 juin 2018du 08/11/2017 au 24/06/2018

Eugène Beaudouin et Marcel Lods, architectes d'avant-garde

Le Musée d’histoire urbaine et sociale de Suresnes (MUS) propose une exposition sur le duo d’architectes pionniers qui a marqué l’entre-deux-guerres

Le Musée d’histoire urbaine et sociale de Suresnes (MUS) propose, du 8 novembre 2017 au 24 juin 2018, en partenariat avec la Cité de l’architecture, une exposition sur le duo d’architectes pionniers qui a marqué l’entre-deux-guerres, notamment par leur modernisme et leur organisation scientifique du chantier.

Au cœur des années 30, leur duo a profondément marqué l’histoire de l’architecture moderne et leurs œuvres, caractérisées tout à la fois par l’enjeu de l’aménagement urbain de la banlieue parisienne et par l’industrialisation du bâtiment, occupent une place unique dans l’avant-garde technologique en France.

L’agence Beaudouin et Lods a en effet réalisé une œuvre pionnière dans le domaine de la préfabrication avec la construction des premiers grands ensembles préfabriqués que sont la Cité du Champ-des-oiseaux, à Bagneux, et la Cité de la Muette, à Drancy, en s’associant avec des ingénieurs comme Jean Prouvé ou Eugène Mopin. Ils sont également les auteurs, à Suresnes, de la remarquable Ecole de plein air et, à Clichy, de la Maison du peuple.

L’exposition a pour objectif d’expliquer les nombreux projets imaginés et réalisés entre 1928 et 1940 par les deux architectes qui se sont intéressés à l’habitat collectif, aux équipements, aux aéroclubs et à l’urbanisme.

Un duo complémentaire

D’origines sociales et de formations différentes, Marcel Lods et Eugène Beaudouin ont su mettre leurs atouts en commun.

Orphelin de père, Marcel Lods a grandi dans les quartiers populaires de la capitale et acquis une connaissance du bâtiment et du dessin en travaillant notamment pour des entrepreneurs ou des architectes.

Eugène Beaudouin, lui, a évolué dès son plus jeune âge dans les cercles parisiens d’architectes de la commande publique, participé à des concours de l’Ecole des Beaux-Arts et séjourné à la Villa Médicis.

Après leur rencontre en 1919 et leur association en 1925, leurs personnalités et leurs centres d’intérêts complémentaires leur permettent de développer des programmes novateurs.

Dans les années 1930, l’agence d’Eugène Beaudouin et Marcel Lods est l’une des trois plus grandes agences en France et la seule à s’engager délibérément dans la modernité.

Le "traceur" et le "bâtisseur"

Eugène Beaudouin, le "traceur", est le plus sensible aux questions d’aménagement. Il collabore en 1934 au premier plan d’urbanisme de la région parisienne proposé par Henri Prost. Inspiré par la grandeur de l’Antiquité et l’urbanisme à l’américaine, il élabore plusieurs plans d'aménagement : La Havane, Le Cap…

Marcel Lods, le "bâtisseur", s’intéresse à la manière de moderniser la construction. Pour lui, il faut penser le chantier comme une usine et abandonner l’esprit "romantique" de l’architecture.
Tous deux sont très actifs dans les nouvelles revues d’architecture de l’entre-deux-guerres, où leurs articles participent à l’émergence de l’architecture moderne.

Leurs premières constructions répondent au besoin d’équiper la banlieue qui se densifie rapidement, entraînant un essor de constructions de logements et d’équipements publics.

À la charnière de deux types de construction : l’une traditionnelle en brique et l’autre avec une prédominance pour la préfabrication, Eugène Beaudouin et Marcel Lods sont au cœur des nouvelles techniques utilisées pour construire les bâtiments, dont l’Ile-de-France a besoin dans les années 1930.

Grâce à l’importance de la commande de la Cité du Champ-des-Oiseaux à Bagneux en 1927, ils mettent en place une nouvelle manière de penser le chantier en essayant de rationaliser au maximum la construction selon les principes du taylorisme.

Leur deuxième commande importante en 1931, Drancy la Muette, est l’occasion pour eux d’approfondir ces expériences. Après la Seconde Guerre mondiale, ils sont considérés comme les pères du préfabriqué et les grands ensembles des Trente Glorieuses, s’inspireront de leur organisation scientifique du chantier.

Le duo a beaucoup réfléchi à l’espace urbain et répondu à des concours d’aménagement très divers.
Leurs points de vue sont toutefois divergents, Marcel Lods est davantage enclin au concept de nouvelle ville construite ex nihilo et conçue pour résoudre les problèmes hygiénistes tandis qu’Eugène Beaudouin considère qu’il faut reconstruire, réécrire sur la ville existante : il se réapproprie le concept de "palimpseste architectural".

Après leur séparation professionnelle Eugène Beaudouin a continué à aménager des ensembles de logements comme les Minguettes à Vénissieux, la tour Montparnasse à Paris et des plans d’urbanisme, notamment celui d’Ispahan. Enseignant, il a comme élèves Christian de Portzamparc, François Spoerry, Antoine Grumbach qui intègrent l’urbanisme dans leurs programmes architecturaux.

Marcel Lods continue de son côté les recherches pour une préfabrication optimale à sec avec l’acier. Il répond également en 1963 au concours pour l’aménagement des quais de Seine de Suresnes.

De ce duo subsistera une architecture constituée autour d’une équipe qui repousse les limites techniques des matériaux et réfléchit à l’organisation du chantier.

Du mercredi au dimanche
de 14h à 18h

TN 3 €
TR 2 €
gratuit -26 ans

les avis

Que pensez-vous de ce lieu ou de cet évènement ? ajoutez votre avis !