menu
mon compte
recherche
dimanche 16 juin 2024 - St Jean-François / Régis

publi-information

du mardi 18 juin 202418/06/2024 au samedi 27 juillet 202427/07/2024

Walaa Dakak

EN SUSPENS

La galerie GNG expose du 18 juin au 27 juillet une sélection d’oeuvres de Walaa Dakak, peintre syrien installé en France depuis 2004.

Les tableaux présentés se rattachent pour l’essentiel à la thématique de la pluie, comme métaphore du sentiment perpétuel d’attente que nous éprouvons et qui fait de nous des êtres “en suspension” entre passé et futur, entre mémoire vacillante et avenir incertain.

Une œuvre aux résonnances existentielles profondes, servie par la vitalité d’un trait conjuguant dans un rare équilibre spontanéité et maîtrise.

"En Syrie, comme dans beaucoup d’endroits dans le monde, les gens chantent, dansent et prient pour que vienne la pluie, explique Walaa Dakak. La pluie est le plus archaïque symbole de l’attente dans les mythes anciens"

Pour l’artiste, nos existences habitées par l’espoir, le désir et l’incertitude de l’avenir, sont suspendues au fil de l’attente comme la goutte d’eau de pluie est suspendue entre ciel et terre, avant de toucher le sol.

Les labyrinthes du temps
Walaa Dakak peint la pluie qui tombe et le moment où les gouttes impactent la surface de la terre, de la mer ou d’une simple flaque, en provoquant des ondulations concentriques.
Comme dans la musique de Philipp Glass ou de John Adams, il répète à l’envie les mêmes motifs en opérant une infinie variété de glissements, en changeant de technique (fusain, encre, huile, acrylique) comme de support (papier, toile, bois, carton, carton plume), pour mieux scruter la nature ambivalente du temps, entre cycles éternels et éphémère singularité de chaque instant.

Dans un geste artistique figuratif frôlant en permanence l’abstraction, il explore les labyrinthes du temps et interroge le sens de l’existence sans chercher à trouver de réponses définitives. "Les ondulations à la surface de l’eau, lorsque tombe une goutte, sont-elles la manifestation d’une fin ou d’une naissance ?", interroge le peintre d’origine Druze, communauté dont la religion affirme la foi en la réincarnation. « Je peins pour ouvrir la réflexion et l’imaginaire, pas pour imposer une vérité, ni dire ce qui est réel. »

Mémoire floue
La galerie GNG présente aussi quelques grands formats de Walaa Dakak de sa série “Mémoire floue”. Dans ces tableaux l’artiste explore le processus de la mémoire en combinant réminiscences visuelles et sensibles avec l’imaginaire pour reconstruire ses visions passées des montagnes noires de la région de Soueïda, en Syrie. Voilà maintenant quinze ans que Walaa Dakak n’a pu retourner au pays natal, portant en lui des images que le temps estompe et que l’esprit recompose comme il peut.

Du mardi au samedi :
10h – 13h / 14h – 19h

Gratuit

Entrée libre

GALERIE GNG

3 rue Visconti
75006 Paris 6e (F)
tél : 01 43 26 64 71

mise à jour le 04/06/2024 à 12h41